Marta jouit chaque jour d’une grande autonomie

Marta aime pouvoir évaluer la situation et décider elle-même ce qu’il faut faire. Il en va de même dans son métier : en tant qu’assistante en soins et santé communautaire CFC au sein d’un service d’aide et de soins à domicile, elle jouit chaque jour d’une grande autonomie.

« J’ai fait mon apprentissage à l’institution genevoise de maintien à domicile (imad) et je suis très contente de travailler ici. Il y a beaucoup de choses qui me plaisent dans mon travail : l’autonomie, par exemple. Chaque personne que j’encadre étant différente, je ne peux pas adopter une approche universelle. Je dois rester vigilante et attentive et prendre fréquemment des décisions importantes sur-le-champ. J’apprécie beaucoup cette responsabilité et je suis contente d’être autonome. Cela cadre bien avec mon caractère : depuis que je suis toute petite, je suis compétitive, j’aime les défis et les nouvelles expériences. Je peux injecter ces aspects dans mon travail de tous les jours et épanouir en même temps ma personnalité.

Chaque jour est différent

Si vous pensez que l’on s’ennuie quand on travaille dans les soins de longue durée, vous vous trompez. Là où je travaille, chaque jour est différent : je suis confrontée quotidiennement à des cultures, des pathologies et des personnalités totalement différentes – chaque individu que j’encadre est unique. C’est pourquoi je dois rester très flexible et m’adapter à chaque situation. Quand on sent ces différences et qu’on les respecte, ça se passe bien. La proximité occupe aussi une place importante dans mon métier. Dans certains cas, on encadre des gens pendant plusieurs années, et c’est normal de les porter dans son cœur.

Les marques de gratitude que je reçois chaque jour sont l’une des plus grandes satisfactions de mon travail. C’est merveilleux ! Beaucoup de personnes qui travaillent doivent vivre sans ce feedback positif, pas moi – et j’en suis très reconnaissante. Si je devais décrire mon métier en trois mots, je dirais : empathie, écoute et sollicitude.

« J’apprécie cette responsabilité et je suis contente d’être autonome »

Communiquer ma passion

Je veux dans tous les cas de figure poursuivre ma formation, progresser dans ma spécialité. Pour moi-même mais aussi pour les gens que j’encadre. Je pourrais aussi m’imaginer former des apprentis dans les soins de longue durée, leur montrer combien ce secteur est varié et leur communiquer ma passion pour ce travail important. »